informazioni in francese - Rete civica del comune di San Benedetto Po

Da vedere | informazioni in francese - Rete civica del comune di San Benedetto Po

 

LE MONASTERE DE POLIRONE

 

A l’extréme sud-ouest de la Lombardie, à quelques kilomètres de Mantoue, on trouve San Benedetto Po, nom, anciennement San Benedetto en Polirone – qui est lié au monastère bénédictin fondé en 1007 par Tedaldo de Canossa sur l’île qui surgissait entre le fleuve Po et le Lirone.

Par son influence religieuse, politique et culturelle le complexe polironien a occupé un rôle essentiel dans l’histoire du monachisme italien jusqu’à sa suppression en 1797 par Napoléon Bonaparte.

Deux mille ans d’histoire sont enracinées dans les structures de ce complexe monumental et offrent différentes possibilité de visiter les lieux caractéristiques du monastère : de ses immenses caves aux appartements pour les hôtes importants.

L’itinéraire va nous permettre de suivre les témoignages laissés, depuis la fondation du monastère à nos jours, par des artistes comme Giulio Romano, Antonio Begarelli, Paolo Veronese, Correggio et Girolamo Bonsignori.

Une occasion unique pour découvrir ces lieux dans lesquels art, histoire et nature cohabitent.

 

 

LE CLOÎTRE DU SECULAIR

On identifie trois phases constructives dans le cloître:

1)  Antérieure au XVes siècle, à lequel appartissent le côté sud et une partie du rez-de-chaussée du côté nord (avec le petit-cloître de l’abbé, aujourd’hui occupé par le grand escalier du XVes, mais qui à l’origine mendiant au palais de l’abbé);

2)  Au tour de 1475, qui comportait la liaison des corps préexistent avec les porches actuels et la construction de couloirs avec fen?tres rectangulaires sur les porches est et nord;

3)  Une, enfin, de 1674, qui édifia un couloir aussi sur le porche ouest et augmenta toutes les fen?tres du cloître, en les décorant avec des stucs baroques.

Le rez-de-chaussée des côtés est et sud du cloître étais destiné à l’hostellerie des pauvres et des pèlerine, le premier étage aux hôtes d’égard.

 

chiostro secolari

 

LE CLOÎTRE DE SAINT SIMEON

Le cloître est l’un des espaces les plus importants d’un monastère, c?ur de tout le complexe.

Ici se déroulait la part la plus importante de la vie du monastère: ici étaient dispensées les assignations; les moines se réunissaient avant et après les travaux pour discuter, se promener, lire les textes sacrés ou méditer.

La cloître de Saint Simeon se trouve à l’emplacement de l’ancien cloître médiéval ?cloître des infirmes? cet emplacement fut décidé en 1457 par Guido Gonzaga.

 

 

chiostro san simeone

 

L’INFIRMERIE NOUVELLE

La construction de ce bâtiment, qui devait constituer le côté ouest du soi-disant quatrième cloître (auquel aujourd’hui manquent deux côtés), fut démarra au début du XVes par l’abbé Giovanni Cornaro de Venise. Selon le plan d’origine, l’étage noble devait accueillir la nouvelle bibliothèque monastique, mais ce projet ne fut pas réalisé et la pièce devint la nouvelle infirmerie monastique, répartie entre le rez-de-chaussée et le premier étage.

Au XVIIes l’étage noble fut surélevé et les chambres collatéral réaménagées; le plafond à cabane fut remplacé par un couloir central plus haut de deux files latérales, couvertes à bande unique.

Remarquables les fen?tres du rez-de-chaussée, avec une corniche constituée de lésines cannelées surmontées par un arc plein-cintre, avec virole striée, agrémentée de palmettes sur l’impôt et en clé, modèle diffusé dans le contexte vénitien.

 

LE REFECTOIRE

Le réfectoire était la salle ou les moines prenaient leurs repas; à Polirone, environ en 1478 fut édifié dans ce but un bâtiment autonome: une salle de . 50 x 11 divisée en quatre portées, qui furent couvertes par voûtes à croisière dans la période suivante. Les moines y entraient par le côté ouest, c’est-à-dire par le cloître majeur, en passant par un vestibule avec une grande fontaine.

Maintenant le sous-sol du bâtiment accueille Musée de l’Abbaye, qui exposes témoignages et découvertes archéologiques du couvent bénédictin, de la période romane à la Renaissance, céramiques conventuelles, sculptures, fragments de linteau et certains matériaux en terre cuite et en pierres particulièrement précieuses.

 

 

refettorio grande